Négocier son prêt immobilier : comment s’y prendre ?

negocier-son-pret-immobilier-comment-sy-prendre

Négocier son prêt immobilier : comment s’y prendre ?

L’achat d’un bien immobilier requiert a priori un prêt immobilier. À compter de la signature de la promesse de vente, vous disposez de 45 jours pour négocier votre prêt. Mais comment bénéficier des meilleures conditions ? Voici nos 6 conseils pour obtenir le meilleur meilleur taux d’intérêt.

1. Négociez le taux de crédit

Le taux de crédit est le premier élément auquel réfléchir. Les conditions de prêt varient en fonction des banques et du profil de l’emprunteur. Il existe certains éléments qui vous aideront à convaincre votre banquier :

  • un taux d’endettement faible (moins de 30%),
  • un reste à vivre suffisant,
  • un apport personnel d’entre 20 et 30% du montant,

une bonne gestion de vos comptes...

Un dossier solide vous permet de négocier le taux de crédit

Ensuite, vous devez décider entre un taux fixe ou variable. Souvent moins cher, le prêt variable est attaché à un indice qui le fait varier. Pour ce dernier, il faut connaître la marge de la banque et l’indice auquel il est attaché (en général l’Euribor).

2. Renseignez-vous sur d’autres options d’assurances externes

L’assurance peut représenter entre 30 et 40% du coût total du prêt. Comme il s’agit de la plus grosse dépense liée au crédit, il est indispensable de négocier ses conditions.

Souvent, les assurances proposées par les banques ne tiennent pas compte des caractéristiques de l’emprunteur.

Renseignez-vous auprès des établissements spécialisés pour obtenir une assurance aux meilleurs tarifs. Les banques ne peuvent pas refuser une assurance externe si elle couvre les mêmes garanties que l’assurance de la banque.

3. Faites attention aux pénalités de remboursement anticipés

L’Indemnité de Remboursement Anticipé (IRA) est un frais qui s’applique lorsque vous remboursez votre crédit par anticipation. Ces frais équivalent à 3% du capital restant dû.

4. Choisissez la meilleure garantie du crédit immobilier

Normalement, vous pouvez choisir entre une hypothèque et une caution. L’hypothèque comporte des frais d’enregistrement chers (honoraires du notaire, TVA, taxe de publicité foncière, etc). Notez que les frais peuvent s'élever entre 3% et 4% du montant du crédit dans le neuf et 7% dans l’ancien.

De l’autre côté, on a la caution, qui  semble une option moins coûteuse. Le prix de la garantie de caution varie selon les banques mais les frais atteignent entre 2% et 3% du montant du crédit. Vous pouvez passer par une société de cautionnement ou demander à une tierce personne de se porter garant.

5. Évitez les frais de dossier

Aujourd’hui, en raison de a forte concurrence des établissements financiers, vous pouvez trouver des banques et des courtiers qui travaillent sans frais de dossier.

Vu que la facturation des frais de dossier n’atteignent pas une grosse somme, les banques sont prêtes à vous les épargner. C’est toujours ça de gagné !

6. Vérifiez si votre prêt est modulable

Un crédit immobilier modulable permet de modifier sa durée (donc son coût) en augmentant les remboursements.

Même une augmentation de 10 euros par remboursement vous permettrait de réduire de manière significative la durée de votre prêt.

Vous pouvez également ffaire appel à un courtier en crédit. Notre article "Courtier en crédit : pourquoi permet-il d'optimiser son prêt immobilier ?" vous explique l'importance de cet intervenant pour votre futur investissement

Nous contacter